Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10
21
Le défouloir / LA PASSION DES CONCOURS
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 01:34:28 pm »

Lu pour vous pour information - Source "La science des beaux oiseaux" auteur M.Pomarède

LA PASSION DES CONCOURS

 Quand on élève des oiseaux, et que l'on est fier des résultats obtenus, on est souvent tenté
 par les concours.
 Ceux-ci offrent aux éleveurs la possibilité de faire admirer leur réussite et de tester leurs
 oiseaux.
 Dans les concours et plus particulièrement dans ceux qui sont nationaux ou internationaux,
 des milliers d'oiseaux s'offrent à l'admiration du public et à la compétence de juges
 spécialisés.

 Bien que pour beaucoup d'éleveurs, l'important soit de participer, on ne peut espérer briller
 de façon durable, qu'au terme d'une longue préparation.
 Celui qui ambitionne un titre de champion doit se préparer comme un professionnel, et la
 réussite en élevage tient en quatre mots : Alimentation, Ambiance, Génétique et Sélection.

 *L'alimentation est très importante et quelques notions de diététiques ne sont pas de trop
 pour un éleveur.
 Les besoins varient selon les oiseaux et même selon la période.

 *L'ambiance englobe les conditions d'élevage : température, éclairage, calme, hygiène.......
 Une bonne connaissance de la biologie des oiseaux élevés est indispensable et elle est assez
 facile à acquérir.

 * Il n'en est pas de même de la connaissance de la génétique, qu'il est difficile de vulgariser.
 Trop d'éleveurs n'en ont que de vagues notions.
 Or elle devient indispensable dès que l'on s'intéresse aux variétés nouvelles, nées de
 mutations récentes.
 Par les possibilités offertes, la génétique devrait intéresser tous les éleveurs.

 * La sélection réside dans l'art de choisir les oiseaux les meilleurs, pour en améliorer la
 souche.
 Les croisements ne doivent pas être laissés au hasard, la sélection repose sur l'observation
 mais aussi sur des données scientifiques.
22
Canaris de Postures / LE GLOSTER FANCY CINNAMON
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 01:27:49 pm »
LE GLOSTER FANCY CINNAMON

-On recontrent de plus en plus dans les Expositions,des éleveurs exposant des Glosters
Cinnamons (mot anglais : Cannelle),où plus simplement: Marron avec des reflets roux.

-Afin de maitriser correctement la transmition de ce "facteur",voici les différentes combinaisons,
pour vos accouplements futurs:

- mâle non porteur X femelle Cinnamon = 50% femelles normales + 50% mâles porteur

- mâle porteur X femelle non Cinnamon = 25% femelles normales + 25% femelles Cinnamons
25% mâles normal + 25% mâles porteur

-mâle porteur X femelle Cinnamon = 25% femelles normales + 25% femelles Cinnamons
25% mâles porteurs + 25% mâles Cinnamons

-mâle Cinnamon X femelle non Cinnamon = 50% femelles Cinnamons + 50% mâles porteur

-mâle Cinnamon X femelle Cinnamon = 50% femelles Cinnamons + 50% mâles Cinnamons

-Attention: Une femelle n'est jamais "porteuse".

Amicalement m@loute45.
23
Elevage / COMMENT ADMINISTRER LES VITAMINES
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 01:24:01 pm »
Comment administrer les vitamines.

Plusieurs types d'administrations sont possibles :

 *- concernant la forme végétale,fruits,légumes et graines germées,les vitamines se trouvent
 encapsulée dans les fibres et sont donc moins sensibles à l'environnement,donc stables
  plus longtemps.
 
 Toutefois,les fruits et les légumes ont une forte teneur en eau et les oiseaux n'assimilent
 que peu des vitamines contenues,ce qui oblige à en donner régulièrement.

 Pour les canaris à fond jaune,il faudra proscrire les carottes,les betteraves,les choux rouges
 et tous ceux qui contiennent du carophylle et du carotène.

 Quand on donne de la verdure pour la première fois,on constate très souvent que les 
 oiseaux se précipitent et font une grande consommation pouvant amener des diarrhées
 passagères.
 Si en revanche on en apporte régulièrement,nous constatons que la consommation diminue
 chaque fois,les oiseaux trouvant d'eux-même un équilibre en fonction de leurs besoins.
 Les fruits et les verdures doivent être distribuées fraîchement cueillis.

Il faut être extrêmement prudent sur deux points :

 * -la majorité des fruits et légumes des super-marchés sont conservés en chambres froides
 pendant des périodes plus ou moins longues ce qui dégrade certaines vitamines sensibles au
 froid.
 Il faut veiller à apporter les végétaux dès qu'ils ont été ramassés, et ne les laisser que
 quelques heures en période de chaleur pour éviter la fermentation.

 * - les fruits et légumes ont été traités avec des pesticides,des herbicides,des conservateurs
  qui sont des sources d'empoisonnement des oiseaux.
 Il faut donc procéder à un lavage systématique avant distribution et procéder à un essorage
 ou séchage dans un linge pour éviter de les donner mouillés.

 Il en est de même pour les graines germées qui doivent être lavées dans plusieurs eaux
 additionnées de 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse pour combattre les
 éventuelles moisissures et bactéries.

 * - Concernant la forme en poudre hydrosoluble,que l'on trouve dans le commerce,les
  vitamines sont enrobées dans une couche protectrice qui lui donne une durée de péremption
 d'environ deux années à l'abri de la lumière et de l'humidité.
 Elle peut être mélangée à la pâtée sèche en conservant une très bonne fiabilité,l'utilisation
 dans une pâtée humidifiée réduit fortement cette stabilité,l'enrobage protecteur étant dissout.
 L'utilisation dans l'eau de boisson,du fait de la sensibilité des vitamines à l'envionnement
 suis l'efficacité maximale à quelques heures.

 * - concernant la forme liquide,ce sont des vitamines solubles dans l'eau qui sont
 parfaitement instables et dont la conservation ne dépasse pas six mois à l'abri de la
 chaleur,du froid,de l'humidité et de la lumière.
 Elle peut être donnée dans la pâtée ou bien dans l'eau de boisson,sa stabilité dans les deux
 cas n'étant que de quelques heures dans les meilleures conditions d'environnement.

 Quelque soit la forme,il faut respecter scrupuleusement les dosages et la périodicité donnée
 par le fabriquant et éviter de donner plusieurs produits similaires en même temps.

 Exemple d'administration de vitamines,uniquement donnée à titre d'information

 Car vous pouvez discutez avec de nombreux éleveurs de tout azimut,et vous découvrirez que
 chacun à une recette bien différente de celle proposée ici.

 En début de préparation,donnez une fois par semaine des légumes verts,du choux rouge
 choux de Bruxelles pour leur apport en vitamines A et en minéraux,complété avec de la
 pâtée ramenée à un taux de protéine de 10 000 unité dans laquelle on ajoute deux cuillères
  à soupe de levure de bière par kilo.
 
 En milieu de préparation,on complète au départ par des graines germées,distribuées
 une fois par semaine pour les femelles et deux fois par semaine pour les mâles à raison
 d'une cuillère à café pour deux canaris.
 Dans la pâtée on apporte de la vitamine E en poudre suivant le dosage donné sur la notice
 de la boite.
 Les femelles reçoivent de la pâtée deux fois par semaine.

 En période de reproduction,les reproducteurs reçoivent tous les jours de la pâtée d'élevage
 avec un taux de protéine ramené à 18 000 U dans laquelle il faudra ajouter 2 cuillères à
 soupe de levure de bière par kilo de pâtée,de la vitamine E et 300 gr de graines germées
 et 5 ml d'huile de germe de blé par kg.
 
 Pour les oisillons à partir de 8 jours,ajoutez une cuillère à café de biotine,vitamine H-B8,
  jusqu'au sevrage (fin de pousse de la queue).

 En période de mue,dans la pâtée sèche ramenée au taux de 6 000 unités de protéine,
 deux cuillères à soupe de levure de bière par kilo de pâtée + une cuillère à café de biotine
 et un complément vitaminé en poudre une fois pas semaine.

 Toute l'année,les oiseaux disposeront de verdure fraîche au moins une fois par semaine
 et de complément vitaminé en poudre deux jours par mois.

Observations : Ces compléments en vitamines permettent également de fournir à
 l'organisme tout ce dont il a besoin pour résister aux agressions extérieures,à la fatigue
 de la mue et de la reproduction.

En conclusion : Avec cette méthode,les oiseaux deviennent plus résistants,il est
 préférable de renforcer les défenses immunitaires par l'apport régulier de vitamines A,
 au lieu d'utiliser des antibiotiques pour traiter les maladies.
 Il vaut mieux prévenir que guérir,car un oiseau ayant été malade dans l'année ne fait
 qu'exceptionnellement un bon reproducteur.

 Copyright © m@loute45.
24
Autres indigénes / LES PINSONNIERS D'ANTAN
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 12:57:26 pm »
Bonjour à tous,venez je vous invite sur la machine à remonter le temps,
 faire un petit voyage vers le passé....

LES PINSONNIERS D'ANTAN

 Copyright ©
Capturer des oiseaux pour les manger et ensuite pour s'en servir
 comme passe temps a toujours été le fait des paysans et de la classe laborieuse.
 Pour bien comprendre les choses,il faut s'imprégner de l'ignorance relative
 de gens du temps passé,peu savaient lire et encore moins écrire.
 Même les nobles étaient pour la plupart illettrés.
 Le monopole tout relatif du avoir était aux mains du clergé,de celui-ci
 disposaient d'autre part de suffisamment de temps libre pour apprendre.

 Guère surprenant dès lors que les archives qui nous ont été léguées émanent
 pour la plus grande partie des Eglises catholiques et protestantes.
 Les moines excellaient dans l'art de coucher sur le papier les événements
 historiques quitte à les enjoliver quelque peu,car il est de notoriété publique
 qu'on ne mord pas la main qui vous nourrit !
 Plus,ce qui n'entrait pas dans le cadre des enseignements de la Bible était très
 souvent ignoré et il fallait se baser,eh oui déjà,sur la tradition orale pour
 garder quelques traces des événements.

 Les activités des serfs et ensuite de la classe ouvrière n'intéressaient pas les
 thurifèraires de la noblesse et nous pouvons être heureux que malgré tout
 certaines notes manuscrites soient arrivées jusqu'à nous.
 Nous pouvons dès lors considérer comme un petit miracle le fait qu'un document
 écrit en 1595 à Ypres (Belgie) et traitant des pinsonniers put être gardé
 sans être détruit ou perdu depuis.

 Un autre ouvrage de la plume de Ignaz Matthey en vieux néerlandais porte le nom
 évocateur de : Vincken moeten vincken locken que nous traduisons en français par :
 "Les pinsons doivent attirer les pinsons".
 On y lit entre autre la phrase suivante : Lorsqu'un certain Claes Gerytez a loué une
 maison à Gouda en 1472,il est connu sous le sobriquet de Keyser van de Vincken
 ou Empereur des pinsonniers.

 Gouda (Pays-Bas) est la ville batave bien connue par son célèbre fromage.
 Le document dont à été tiré cet articulet date donc de plus d'un siècle plus tot que ce
 qui nous est resté de Ypres(Belgie).
 Le même livre signale que dans la région du Harz (Allemagne) des mineurs jouaient
 déjà avec des Pinsons au 10ème siècle !
 Tout ce qui précède date donc du Moyen-âge (500 à 1500 après J.C.).

 En tenant compte du fait que les activités de la plèbe n'intéressaient guère les lettrés
 on peut donc supposer que détenir des oiseaux et des pinsons plus particulièrement
 date d'encore avant cela .
 La noblesse et le clergé avaient plus d'attention pour la chasse,sport noble par
 excellence et laissant la tenderie aux serfs et aux domestiques.

 *L'encyclique "Rerum novarum" n'ayant pas encore été écrite,et pour cause,les festins,
 pantagruéliques étaient légions et les maitres s'en donnaient à coeur joie.
 A mon avis,je pense toutefois être certain que le passe-temps qui consistait à s'occuper
 des Pinsons était à ses débuts tout autre que celui que nous connaissons actuellement.
 Assumons qu'attraper des oiseaux est une méthode de chasse millénaire et que
 détenir des Pinsons a débuté pratiquement au même moment .

 *Rerum novarum (Des choses nouvelles) est une encyclique publiée le 15 mai 1891
 par le pape Léon XIII (1810-1903).

 En ce temps là (Moyen-âge) des pinsodromes (néologisme rendu ncessaire car il
 n'existe pas de mots pour désigner autrement cela) furent créés par la noblesse
 et des serfs étaint recrutés pour s'en occuper contre un salaire de misère,lorsque
 salaire il y avait!
 Les appelants au filet valaient de l'or !

 Comment en est-on venu à aveugler les appelants reste un mystère.
 Tous y passaient : Rosignols,Pinsons,Chardonnerets,etc.
 Ceux-ci logés en plus dans le noir et dans l'humidité car on estimait que ces conditions
 étaient les meilleures pour les faire appeler avec un rendement maximum.
 Aveugler permettait,sûrement,de ne pas effaroucher les appelants au filet.
 Traitement barbare aux yeux des gens modernes comme nous mais tout doit être vu
 dans son contexte,n'oublions pas que même la vie d'un homme n'avait aucune valeur
 en ces temps reculés !

 Contrairement à ce qui se passe chez les mâles d'autres espèces,le mâle de Pinson
 des arbres est habité par un besoin incoercible de répondre au chant d'un congénère.
 L'aveuglement pratiqué par les amateurs d'alors,quoique cruel faisait qu'on ne
 dérange pas les oiseaux.
 Cela permettait donc aux mâles de répondre du tac au tac,si l'on peut dire,aux défits
 musicaux lancés.
 Il est permis de s'imaginer la scène qui voit dans un chateau moyenâgeux deux nobles
 s'affronter sur les qualités des oiseaux détenus par leurs serfs.
 Le premier affirmait que son serviteur était en possession d'un oiseau qui répondait
 immédiatement au chant d'un autre Pinson des arbre du voisinage.
 Le second étant au fait que cela se passait aussi dans son "pinsodrome" ayant eu
 alors l'idée de lancer un défi (les défis étaient fort à la mode en ces temps là) au
 premier en plaçant une bourse pleine de pièces d'or sur la table et en disant que le sien
 était meilleur que l'autre.

 Ils allaient ensuite tous deux,le prochain matin placer les deux oiseaux en concurrence
 pour voir qui était le meilleur.
 Le noble propriétaire de ce dernier emporterait la mise...
 Il faut savoir que bien que s'occupant des biens des noles,les serfs n'avaient aucun droit
 de propriété et les oiseaux comme les terres étaient la possession du seigneur.
 Tôt le matin,le deux oieaux ont du être placés sur ue table et les premières règles du jeu
 furent établies,en fait il n'y en avait qu'une que celui qui possédait l'oiseau ayant le plus
 chanté emporte la mise.
 L'histoire ne nous dit pas qui gagnat mais cela n'a pas d'importance dans ce contexte.

 Aveugler les oiseaux n'était pas pratiqué pour prendre part aux concours
 mais l'aveuglement des appelants au filet (toutes les espèces) à été à l'origine du hobby
 des pinsonniers.
 Très heureusement cette pratique fut interdite par la loi en Belgique en 1929,suivie par
 les autres entités européennes,les oiseaux chanteurs étant protégés et ne pouvant plus
 être capturés pour être mangés.

 Pensez un peu...capturer une Mésange bleue pour l'occire el la manger !!!
 Qu'en restait-il une fois plumée?
 Il faut dire à la décharge des gens d'alors que nécessité faisait loi et que la disette
 était plus souvent au menu que l'abondance.

 Aucun historien moyenâgeux n'eut osé écrire quoi que ce soit pouvant déplaire
 à la classe dirigeante d'alors.
 Les temps ont bien changé et c'et beaucoup mieux ainsi.
 Des faits réels ont aussi été occultés sciemment et perdus à jamais pour la postérité,
 non écrits ils risquaient de disparaître sans la tradition orale qui en a sauvé quelques
 uns pour nous les transmettre.
 Hélas souvent déformés par le temps,mais il faut que nous nous en contentions.
 L'histoire avec un petit "h" ainsi retransmise de bouche à oreille,de génération
 en génération,a maintenant droit de cité et elle s'écrit,ne risquant plus de s'effacer
 avec le temps.
 Copyright ©

Photo en annexe :
Un document ancien assez exceptionnel qui nous montre des pinsonniers lors d'un concours.
 
25
Autres indigénes / ELEVAGE DU TARIN DU VENEZUELA
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 09:41:40 am »
Elevage du Tarin du Venezuela

Copyright © Elevage du Tarin rouge du Venezuela - Carduelis cucullata
 (On ne connaît aucune sous-espèce)

 L'intérêt pour le Tarin rouge du Venezuela s'est accru ces dernières années et c'est tant
 mieux.
 Il s'agit d'une espèce reprise dans la Convention de Washington et cela donne à réfléchir.
 Heureusement que son élevage réussit de mieux en mieux,c'est bon signe pour l'avenir.
 Pas de meilleure publicité pour notre hobby que les élevages réussis d'espèces menacées

 OBSERVATIONS PERSONNELLES

 Il ne faut pas s'y tromper,l'élevage du Tarin rouge du Venezuela n'est pas si simple que
 l'introduction que cet exposé pourrait laisser paraître !
 Ce n'est pas comparable à l'élevage du Canari et du Diamant mandarin,je ne veux non 
 plus pas dire par là que ces derniers sont d'un élevage de tout repos.
 Chaque espèce a ses particularités et évidemment le Tarin rouge du Venezuela ne fait pas
 exception à la règle.

 Le dimorphisme sexuel externe (différences visibles entre sexes) est on ne peut plus net.
 Le mâle possède une tête noire de jais,ce n'est pas le cas de la femelle.
 Dans tous les cas,l'amateur doit par l'observation s'assurer que les relations entre les deux
 partenaires du couple qu'il a formé arbitrairement seront bonnes et que les oiseaux
 s'acceptent mutuellement.
 Le temps passé à observer la nature n'est jamais perdu,tout un chacun ne peut qu'y gagner.

 LOGEMENT DES OISEAUX

 Les oiseaux que l'on se procure devraient être en excellente condition en vue de la
 reproduction.
 Le mieux est de s'adresser à des éleveurs sérieux,cela est déjà une vraie garantie.

 L'hygiène joue un rôle important dans l'élevage des oiseaux quels qu'ils soient.
 Le Tarin rouge du Venezuela exige d'être détenu dans une ambiance sèche et à l'abri des
 courants d'air,si ce n'est pas le cas,ce sera la mort assurée !
 
 Cette espèce déteste être placée dans une volière ou dans une cage où il ne fait pas propre
 Quand je dis "détesté",cela ne résulte pas de la volonté de l'oiseau mais bien de son
 organisme et plus spécialement de son système digestif qui est fort sensible aux infections.
 Des soins attentifs peuvent éviter cela.

 L'aération du local où résident les oiseaux doit aussi être soignée et le gravier ou sable de
 fond de cage doit être renouvelé avec régularité.
 Ce renouvellement doit impérativement se faire de manière hebdomadaire en volière et
 deux fois par semaines pour les cages.
 
 Il faut également accorder une mention particulière aux perchoirs,aux fontaines (abreuvoirs),
 aux mangeoires et aux baignoires,et tout autres accessoires.

 Il arrive inéluctablement que chaque amateur soit confronté au choix suivant : hygiène
 parfaite sans recours aux médicaments et usage de ces derniers pour pallier au défaut
 de la première !
 Le meilleur à mon avis est de n'en donner que si ce n'est strictement nécessaires....
 Renouveler le fonds des cages et des volières nécessite une quantité parfois industrielle 
 de sable avec coquillages écrasés,mais le jeu en vaut la chandelle.

 Chacun doit cibler ses priorités mais il est avéré que l'usage inconsidéré de médications de
 manière continue influence négativement la condition des oiseaux et sur leurs capacités
 reproductrices.

 Le Tarin rouge du Venezuela aime enfin vivre dans un endroit bien éclairé et bien aéré sans
 courants-d'air.
 A chacun de voir s'il faut installer un éclairage artificiel et aussi un système d'aération...

SOINS A DONNER

 La température idéale ambiante préférée par notre oiseau tourne autour de 22°
 Celsius,n'oublions  pas l'origine de cette espèce,le Venezuela est un pays sis sous les
 tropiques.

 Le minimum de volume à offrir à un couple de reproducteurs sera une cage aux dimensions
 suivantes,exprimées en centimètres : (Lxlxh) - (80 X 40 X40).
 Je répète qu'il s'agit là de minima,si la longueur peut être de un mètre,c'est encore mieux !

 L'usage de petites volières intérieures est encore préférable,mais il faut réserver chaque 
 volière à un seul couple de reproducteurs et surtout ne pas faire la faute de faire voisiner l
 les Tarins rouge du Venezuela avec d'autres oiseaux dans la même volière.
 L'élevage de cette espèce doit se faire de cette manière et ceux qui prétendent le contraire
 devront me le prouver .

 Le Tarin rouge du Venezuela se retrouve rarement sur le fond de la volière ou de la cage,
 c'est un trait de cette espèce.
 Il faut en tenir compte sur le plan de l'alimentation.
 Prévoir si possible un petit plateau (planchette) sur lequel repose les mangeoires et comme
 les oiseaux inévitablement sont de grands gaspilleurs,ils ne doivent jamais aller sur le sol
 pour fourrager...
 Un bon conseil,ne jamais placer d'augets (mangeoires) ou récipients contenant de la
 nourriture sur le fond de la volière ou de la cage !
 
 Enfin,l'eau de bain et de boisson seront renouvelée chaque jour.

 Les graines devront être d'un bon mélange pour fringillidés,le Tarin rouge du Venezuela 
 est un grand amateur de petites semences,c'est visible à son bec assez pointu .
 La firme "Versele-Laga" a lancé un mélange spécial pour Tarins sur le marché,mais cela
 n'exclut pas que d'autres firmes aient aussi agit ainsi...
 
 La pâtée à l'oeuf devra être enrichie avec des asticots (congelés) ou des vers buffalos.
 A distribuer non congelé bien entendu ...
 Ils devront également recevoir des graines germées,des grains de santé,du millet en
 grappe, de temps à autre du pain trempé dans du lait et des morceaux de pomme.

Permettez-moi d'enfoncer le clou :
 Il est primordial d'accorder une attention spéciale à l'hygiène !!!

Petites astuces à ne pas négliger :

 Il faut placer,quand c'est possible,quelques perchoirs à une dizaine de centimètres
 du plafond de la volière ou de la cage,car l'espèce aime dormir en hauteur....
 On peut également fournir des rameaux d'aulnes avec des fruits et les oiseaux
 décortiquerons ceux-ci jusqu'à la dernière semence.
 Il en va de même avec les fleurs de pissenlit et d'onagre.

 NIDIFICATION

 Les nichoirs pour Canaris conviennent très bien pour que l'espèce y construise son logis.
 Toutefois,il est préférable de choisir ceux en métal tressé ou en osier dans lesquels on
 place une forme en fibre de coco,que tout le monde connaît.

 Le nid du Tarin rouge du Venezuela est petit,le diamètre intérieur de la coupe n'excède
 pas cinq centimètres.
 Il est construit avec des mousses végétales,de la charpie textile,des fibres de coco,des
 peluches de chardon et de pissenlit,des crins d'animaux,etc...
 A vous donc de leur procurer ces matériaux !

 Il est impératif de camoufler le nid avec des bosquets de genêts ou de pin sylvestre pour
 donner plus de quiétude aux oiseaux.
 Respectez cette dernière en ne faisant pas de contrôle.
 Celui qui a confiance en ses oiseaux bénéficiera de la réciprocité.

 Une ponte moyenne comporte quatre à cinq oeufs qui sont couvés durant treize jours par la
 femelle seule.
 Il faut essayer le plus possible de laisser les oiseaus s'adonner à l'élevage naturel,c'est une
 manière d'assurer la pèrennité de l'espèce s'il arrivait qu'on doive relâcher des oiseaux dans
 leur milieu naturel.
 Les stams que nous possédons,possèdent suffisamment cet instinct naturel pour ne pas
 en profiter.

 CROISEMENTS

 On connaît déja pas mal d'hybrides incluant le Tarin rouge du Venezuela.
 On a déja pu voir aux expositions des croisements avec différentes espèces de Sizerin,
 avec la Linotte mélodieuse,la Linotte à bec jaune,le Bec-croisé des sapins,le Chardonneret
 élégant,le Carpodaque du Mexique et j'en passe.
 
 Il s'agit là de combinaisons les plus courantes,d'autres plus "biscornues" si j'ose dire
 sont en cours d'expérimentation.
 Les hybrides obtenus sont de véritables petits bijoux !
 On peut utiliser soit le mâle soit la femelle du Tarin rouge du Venezuela pour l'hybridation
 mais c'est quand même le premier qui s'y prête le mieux en rapport avec le format.
 Il faut réserver la femelle pour l'élevage de l'espèce en forme sauvage,non d'hybrides,ceci
 n'est cependant que mon avis !!!
 
 J'ai remarqué il y a quelques temps de cela lors d'un show,des croisements entre Tarin 
 des Aulnes et Tarin rouge du Venezuela...
 Ces résultats étaient inscrits comme mutations de Tarin rouge du Venezuela.
 Il s'agit là d'une pratique mensongère !!!
 Ces oiseaux montraient de légères stries sur les flancs.
 A ma connaissance,il n'existe que trois couleurs reconnues par le standard de l'AOB :
 (1) couleur sauvage,(2)brun,et (3) pastel.

 Il est aussi permis de réaliser des croisements impliquant le Canari,si on se réfère
 a certains auteurs,c'est quelque chose d'ancien qui serait à l'origine de nos Canaris rouges !

 J'ai une connaissance qui s'est offert deux couples de Tarins rouge du Venezuela,pour en
 tenter l'élevage,j'espère de tout coeur qu'il réussira,pourquoi pas vous ? Copyright ©
26
Matériels & Accessoires / PROPOS SUR LA VOLIERE
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 08:27:31 am »
Propos sur la volière


C'est un refuge spacieux et commode qui est placé, habituellement, dans une grande pièce
 que l'éleveur met à la disposition de ses Canaris, ou bien dans son jardin, sous une tonnelle,
 ou encore dans une véranda.
 La volière comprend une enceinte construite généralement avec un chassis en bois ou en alu,
 fermé par un grillage métallique doublé et un abri nocturne, où se trouvent les perchoirs sur
 lesquels les oiseaux passent la nuit.

Les augets, les mangeoires et les bassins pour le bain sont placés dans l'enceinte où les
 Canaris peuvent aussi voler librement
 Les dimensions d'une volière destinée à une vingtaine de Canaris, c'est-à-dire dix couples,
 sont environ les suivantes : 2,7O m de hauteur, 3,50 m de longueur, 2,60 m de profondeur.
 Naturellement, il faudra tenir compte du fait que 10 couples auront au moins quatre
 nouveau-nés  et que par conséquent, pendant quelques semaines, la volière abritera
 à peu près 70/80 oiseaux.
 
 Pour pouvoir entrer dans la volière et la nettoyer, prévoyez une petite porte latérale.
 N'oubliez pas d'être très calme et de parler à voix basse quand vous procéderez au nettoyage.
 Choisissez toujours les mêmes horaires et essayez de faire ce travail vous même, les Canaris
 ont peur des étrangers, mais ils s'attachent facilement a la personne qu'ils voient chaque
 jour qui leur apporte à boire et à manger, et qui nettoie leur volière.

 Le sol de la volière doit être en béton pour permettre un nettoyage facile et contre l'intrusion
 des nuisibles.
 Le grillage sera repeint régulièrement, mais pendant cette opération, il faut transférer
 ailleurs les oiseaux.
 On ne les ramènera que lorsque l'odeur de la peinture aura complètement disparu.

 L'élevage collectif d'une volière stimule le chant et la reproduction des Canaris, cependant
  ceci  est surtout valable si vous ne possédez qu'une seule race de Canaris.
 Sinon, il risque d'y avoir un mélange de races regrettables.

 Ne laissez jamais dans la volière les sujets turbulents et querelleurs, qui pourraient nuire et
 troubler les couvaisons, voire les oisillons et les blesser, isolez-les s'ils ne semblent pas avoir
 trouvé de partenaire qui leur convient.

m@loute45 
 
27
Autres indigénes / L'oiseau au chant incomparable, la Linotte mélodieuse
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 07:46:06 am »

L'oiseau au chant incomparable
 La Linotte mélodieuse - (Carduelis cannabina)


 Les dessous châtains sont caractéristiques du plumage de l'oiseau mâle.
 Les différentes nuances de rouge (variables d'un spécimen à l'autre) du front
 et de la poitrine le sont aussi.
 
 Les deux sexes ont la queue fourchue et les rémiges primaires et les rectrices lisérées
 de blanc grisâtre.
 Les oiseaux de cette espèce mesurent environ quatorze centimètres et se présentent
 sous une forme svelte.
 L'envergure des ailes atteint vingt-trois centimètres.
 Le dimorphisme sexuel est net à l'époque de la reproduction, la femelle ne portant pas de
 rouge, il l'est moins durant la période de repos mais reste quand même visible, les mâles
 ayant la poitrine ornée de petites rosaces rouge foncé.
 Les femelles sont plutôt rayées.
 L'usure des plumes de la poitrine et de la tête durant l'hiver permet l'émergence de rouge
 dès le printemps.

 Le chant de la Linotte mélodieuse est musical, fait de longues suites variées
 de notes douces.
 Les mâles chantent toute l'année, à l'exception du moment durant lequel se déroule
 la mue annuelle.
 Le chant est émis lorsque l'oiseau est posté sur une branche haute d'un arbre.
 Il laisse pendre les ailes et étale parfois la queue.
 Peu de gens le savent, mais les femelles en condition chantent elles aussi quelque peu
 durant la reproduction, ce chant est moins riche mais plus doux encore que celui des mâles.
 Certains prétendent que la Linotte mélodieuse a des dons d'imitateur, je reste dubitatif là-
 dessus.

Beaucoup de Linottes mélodieuses étaient capturées lorsque la tenderie était encore
 autorisée en Belgique, c'était il y a quarante-six années environ.
 Cette espèce était et est très appréciée à cause de son chant mélodieux (!).
 On ne parlait pas encore d'élevage en volière en ce temps là et cela se résumait dans le
 croisement des mâles avec des femelles de Canari.
 Un tel croisement était le Nec plus Ultra sur le plan musical.
 La Linotte mélodieuse est à l'heure actuelle considérée comme un oiseau d'élevage facile
 en volière et les résultats positifs de reproduction ne sont pas rares.
 La seule mutation connue pour l'instant est le pastel, cette mutation a une hérédité
 autosomique récessive vis-à-vis de la forme sauvage.
 
 On nourrit la Linotte mélodieuse avec un bon mélange pour indigènes ou pour Canaris,
 en y ajoutant du niger, des graines de chardon, de laitue, de cardi et de sarrasin.
 Des graines de santé sont un apport supplémentaire excellent toujours très apprécié ces
 oiseaux.
 On donne également de la pâtée aux œufs lorsqu'il y a des jeunes

Précaution à prendre : bien se conformer à la législation en vigueur de votre pays, pour
 pouvoir détenir les espèces indigènes !!!


.

C'est au printemps que les Linottes mélodieuses mâles
 sont les plus beaux, les poitrines n'ont pas la même
 couleur rouge, les nuances varient.
 Cliché : Wikipédia Commons
28
Canaris de Chants / A PROPOS DU WATERSLAGER OU MALINOIS
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 07:22:02 am »
A PROPOS DU WATERSLAGER OU MALINOIS

On ne peut penser à ce beau canari sans se rappeler le chant très doux du rossignol.

 La voix du Malinois n'étourdit pas, elle est pénétrante, précise et procure à celui qui l'écoute
 des sensations douces et agréables.
 
 Le nom de "Waterslager" par lequel on désigne habituellement le Malinois, signifie "bruit
 d'eau", et il se justifie car le répertoire de ce canari belge est basé sur trois mélodies qui
 rappellent le bruit de l'eau.

Pour la petite histoire de son origine :

 Cette race est très ancienne, elle remonte aux XVème et XVIème siècles.
 Les éleveurs d'Anvers et de Malines apprirent à chanter à ce canari que l'on peut, à juste
 titre, comparer  à ce qu'il à été dit plus haut, au rossignol.

 Ses ancêtres appartiennent à des races variées, d'où sa beauté et ses dons, mais c'est
 surtout du Bossu belge et du Hollandais frisé qu'il a hérité ses caractéristiques les plus
 intéressantes.

 Les traces de ces croisements sont révélées par la façon dont il se place sur le perchoir pour
 chanter et par sa silhouette robuste, allongée et élégante.
 
Parlons de cette silhouette :

 Elle est plus forte et plus élancée que celle des canaris de couleurs.
 Les plumes sont généralement d'un beau jaune franc (intensif) chez les mâles tandis que
 celles des femelles ont des nuances plus délicates tirant sur le jaune très pâle (schimmel).

Chant :

 Le chant du Malinois n'atteint pas la perfection de celui du Canari du Harz (Harzer),mais il se
 place sans aucun doute, parmi les plus beaux.
 Il y a dans son répertoire, comme je l'ai dit, des phrases musicales qui rappellent les
 mouvements de l'eau.
 Les variantes de ses phrases sont des sons noués et caverneux, également des sons
 flûtés, balancés, métalliques et des sons de clochettes.

 Les avis sont toutefois mitigés quant à la beauté et à la pureté des notes émises par le
 Malinois.
 Certains soutiennent que son chant n'a aucun rapport avec le chant du rossignol, d'autres au
 contraire pensent, que le Malinois,excellent imitateur, a beaucoup appris de son compagnon
 des forêts.

 On ne peut le nier, malgré la diversité des opinions, que le Malinois ou Waterslager soit un
 excellent chanteur et que certains des sons graves ou moyens qui sortent de sa gorge
 (syrinx) sont enchanteurs  et émouvants.

 Le Malinois improvise, joue avec sa voix, se lance dans des concerts compliqués qu'il serait
 certainement incapable de répéter, quelques instants plus tard.
 Ceci confirme son exceptionnelle personnalité qui le pousse, à créer, à mettre en évidence
 ses qualités plutôt que de répéter une leçon déjà apprise.

 L'éleveur, néanmoins ne doit jamais perdre de vue cette vérité : ou bien les Malinois sont
 des chanteurs extraordinaires ou bien ils ne valent rien.
 Dans cette race, il n'existe pas d'intermédiaires.

 
29
Canaris de Postures / L'EPOPEE DU CANARI LIZARD
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 07:01:27 am »
L'EPOPEE DU CANARI LIZARD

Le Lizard semblerait être la race de canari la plus ancienne,et posséderais avec certitude une
 histoire de plus de 200 ans.

 Personne ne sait comment et où cette race est née et même quelles étaient les propriétés
 uniques développées en élevant uniquement des canaris où qu'il était question d'hybridation.

 En 1762,Tomas Hope,écrivait dans un petit livre qui s'intitulait " The Bird Fancier's Necessary
 Companion & Guide" à propos d'une "sorte finement écaillée" provenant de France et qui plus
 tard fut améliorée par les éleveurs anglais au niveau de la beauté et de la couleur.

 Hope,écrivait qu'en ce temps-là,d'énormes progrès étaient réalisés en Grande-Bretagne au
 niveau de l'élevage.
 Tant au niveau de la sélection que la méthode d'élevage.

 Il semble raisonnable à accepter que les amateurs de canaris en ce temps-là étaient
 conscients des principes qu'on devait tenir à l'oeil.

 Il n'est pas donc surprenant qu'en 1791,dans une traduction d'un travail effectué par le
 Comte de Buffon
 (The History Of Singing Birds) de lire qu'un canari fut décrit comme 'oiseau d'amateur",qui
 possédait une tache claire sur la tête,un dos tacheté et des ailes et la queue foncée.
 
 Ceci peut être considéré comme la description du lizard,mais peut être pas décrit dans sa
 forme la plus parfaite.

 A Londres,différents membres et associations doivent proposer chaque année,des primes
 pour les oiseaux les plus fins et ils auraient de posséder "l'oiseau type" qui était gravé et
 colorié comme l'oiseau standard.

 En Angleterre,c'est le retour évident de considérer le lizard comme oiseau d'exposition,et
 ensemble avec sa parenté visuelle,mais un adversaire génétique,le london fancy était la
 première race reconnue parmi les canaris (qui fut nommé par Buffon : "l'oiseau joyeux").

 La confirmation de ces dires se trouve dans le livre d'Andrew Thomas :" The Birds Keepers
 Guide & Companion" qui fut à Londres dans les années 1830.

 Le Lizard y est décrit dans les plus petits détails et on y trouve une carte coloriée du London
 Fancy (Canari Londonien).
 On le surnomme aussi lizard,étant donné qu'il possède une tache jaunâtre sur la tête,le dos
 et la poitrine écaillée vert et noir,tout comme un petit animal rampant dont il à hérité le nom
 (Lézard = Lizard).

 Avec un peu plus de chance,on aurait pu retrouver plus d'informations,plus de détails dans
 une édition du "Illustrated London News" (du 12/12/1845),dans cet article on trouve une
 grande illustration sur laquelle on peut voir (London Fancies Imparfaits) "Spangle Backs" et
 un lizard avec une belle tête.

 Lors d'une exposition à Londres,au Crystal Palace en 1859 il y avait 14 classes pour canaris
 et deux pour "écaillé doré" et "écaillé argenté".

 Il semblerait qu'il n'existe plus d'écrits concernant les anciennes associations pour
 Lizards,mais aussi concernant le Lancashire and Lizard Canary Fanciers Association qui
 étaient spécialisées dans l'intérêt de ses deux races depuis le début de cette ère jusqu'en
 1939,ils disparurent lors de la seconde guerre Mondiale (les rapports écrits) sans laisser de
 traces.

 Durant la guerre,l'avenir du Lizard était entre les mains de quelques anciens éleveurs,qui
 possèdaient encore quelques oiseaux.
 Ils élevaient dans de mauvaises conditions en attendant des jours meilleurs.
 C'est grâce à ses personnes que le canari Lizard survécu !!! étant donné que le nombre total
 de Lizards n'à jamais été aussi inférieur,de 20 à 24 couples (à propos desquels on à
 écrit),mais la disparition de la race était menaçante.

 Lorsque le temps de paix s'approchait,il y avait un besoin de recréer une nouvelle association
 et l'histoire voulait que ce soit un Dentiste du Wolverhampton,Robert Yates (qui possédait
 quelques canaris en volière) qui fut le maillon important pour le démarrage de la continuité
 dans l'élevage.

 Le choix dans l'élevage du canari Lizard par Robert Yates nous est inconnu.
 Dès que le défi fut lancé,son enthousiasme ne connaissait plus de frontières et sa
 connaissance pour la création d'une nouvelle association ne fut pas des moindres.

Au début de l'année 1945,il avait déjà tout préparé et le 13 mai de cette année-là,il fondait
 le "Lizard Canary Association Of Great Britain" et ses règles et ses conditions furent adoptées.

 Dans les années suivantes,il y avait une énorme augmentation à observer,alors que dans les
 années 50,un premier fléchissement momentané.
 Car aujourd'hui,le nombre de Lizards qui sont élevés et exposés est devenu plus grand que
 jamais,dans la longue histoire de cette race.

 La preuve de cette grande popularité est qu'il existe maintenant des Clubs en Ecosse,au pays
 de Galles,et en Angleterre de l'Est et du Sud-Ouest.

 En effet,le Lizard s'est propagé sur le continent Européen,en autres beaucoup de Clubs sont
 nés en Italie,Espagne,Allemagne,France et bien-sûr la Belgique.
 Aujourd'hui,lors du National Exhibition et le All Lizard Shows,ont ne peut y dénombrer entre
 200 à 300 sujets exposés si bien que d'anciens éleveurs en seraient tout étonnés.

m@loute45.


30
Canaris de Postures / LE LIZARD (RACE ANGLAISE)
« Dernier message par maloute45 le mars 14, 2017, 06:40:58 am »
LE LIZARD (RACE ANGLAISE)

Il s'agit de la race la plus ancienne que l'on connaisse parmi les Canaris Anglais
 elle se reproduit depuis quinze siècles au moins, sans jamais changer de caractéristiques
 et sans rien perdre de sa beauté.

Les éleveurs n'ont jamais tenté de modifier cette race, probablement parce qu'ils
 considèrent le Lizard comme un Canari dont le plumage et les formes sont d'une
 beauté presque parfaite.

Toute modification est donc jugée inutile.
 Le Lizard a un aspect délicat et élégant, c'est un oiseau aux formes harmonieuses
 dont la beauté peu voyante mais authentique n'est appréciée que par les connaisseurs
 raffinés.

Après la Seconde Guerre mondiale, une association, le Lizard Association, s'est constituée
 pour la défense et le développement de dette race.

Et, en effet, depuis quelques années, on commence à trouver le Lizard, outre l'Europe
 en Amérique, en Afrique du Sud et même en Nouvelle-Zélande.
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10