Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 5
1
Canaris de Couleurs / Les lipochromes
« Dernier message par admin le décembre 29, 2016, 08:50:47 am »
Les Lipochromes



Lipochrome fond Blanc

L'absence de pigment lipochromique donne au plumage une blancheur totale. Le sujet
blanc dominant a de légères traces jaunes ou oranges dans les ailes et parfois aux
épaules. Ce sont les incrustations, seuls les blancs purs ( blancs récessifs,
blanc ivoire) sont de bons sujets de concours, on demandera une grande blancheur
obtenue par un lavage avant concours. Une très grande attenion devra être apportée
à la qualité de la aille et de la forme ainsi qu'au plumage qui devra être serré
au corps.



Lipochrome Fond Jaune

Pour les jaunes et jaune ivoire la couleur devra être pure, sans reflets orangés,
soutenue et uniformément répartie. La tonalité citron étant préférée à la tonalité
dorée. Les ailes et la queue peuvent être claires (blanches) ou d'une tonalité
jaune en harmonie avec celle du plumage du corps.




Le Lipochrome fond rouge non mosaïque


Pour les rouges et rouge ivoire la couleur devra être soutenue et lumineuse et
uniformément répartie. Les ailes et la queue devront être de la mêne couleur
que le plumage du corps (coloration au nid).





Les Mosaïques


Le pigment lipochromique est présent jusqu'a l'extrémié des plumes sur certaines
zones du corps (points d'élection) et au contraire, il est refoulé vers la base
des plumes dans le reste du plumage. On aura donc des zones fortement colorées
tranchant sur le reste du plumage qui sera plus blanc possible. Une attenion
particulière sera portée à la longueeur du plumage. Les zones d'élection doivent
être parfaitement limitées. Pour les femelles, étroite ligne colorée juste derrière
l'oeil, épaule bien colorée sans descendre vers l'aile, croupion coloré, coloraion
de la partie médiane de la poitrine. Pour les mâles, un masque bien coloré complet
entourant le bec et s'arrêtant sur le bec et s'arretant en pointe en arrière des
yeux, épaule bien bien colorée, croupion coloré, partie cenrale de la poirtine
centrale de la poirine formant un triangle.




Intensif


Chez les intensifs, la pigmentation atteindra l'extrémité de chaque plume.
La présence de petites zones dépigmentées (givrage, écaillage) est pénalisée.
Par conséquent, seul les mâles seront des sujets d'exposition.




Schimmel

Chez les schimmels, le pigment lipochromique n'atteint pas l'extrémité des
plumes d'ou la présence d'écailles blanches. L'écaillage devra être net,
petit et uniformément réparti sans concentration en certains points comme
le collier. La présence visible en poitrine est un signe de qualité.
2
Canaris de Couleurs / Re : Le Satiné
« Dernier message par admin le décembre 29, 2016, 08:45:16 am »
Le Satiné

Ces oiseaux présentent un contraste important entre les stries et
le fond de l'oiseau. Les stries sont présentes sur la tête, le dos
et les flancs sont très fines. Leur tonalité est beige. Les stries
forment, un dessin discontinu qui se détache nettement sur le fond
de l'oiseau qui sera très dilué et laissera fortement voir le
pigment lipochromique ou prendra une couleur blanche, chez le
mosaïque et le fond blanc. Le bec, les pattes et les ongles sont
clairs. Les yeux sont rouges.


3
Canaris de Couleurs / Le Satiné
« Dernier message par admin le décembre 29, 2016, 08:45:07 am »
Le Satiné

Ces oiseaux présentent un contraste important entre les stries et
le fond de l'oiseau. Les stries sont présentes sur la tête, le dos
et les flancs sont très fines. Leur tonalité est beige. Les stries
forment, un dessin discontinu qui se détache nettement sur le fond
de l'oiseau qui sera très dilué et laissera fortement voir le
pigment lipochromique ou prendra une couleur blanche, chez le
mosaïque et le fond blanc. Le bec, les pattes et les ongles sont
clairs. Les yeux sont rouges.

4
Canaris de Couleurs / Le Topaze
« Dernier message par admin le décembre 29, 2016, 08:44:00 am »
Le Topaze

La mutation topaze se caractérise par une modification de la quantité
d’eumélanine. Cette eumélanine sera concentrée autour du canal médulaire
des plumes. Ainsi nous pourrons remarquer de larges pourtours clairs sur
les grandes plumes de couverture.La mutation topaze est apparue dans une
souche de canaris inos et fut appelée au début ino à mélanine centrale.
Pour qu’une couleur soit attrayante, il faut que celle-ci trouve
réellement sa voie. Le problème dans la mutation topaze est que cette
mutation a été très mal comprise des éleveurs. Le topaze centralise
l’eumélanine le long de la hampe et cette hampe est elle même très claire.
Nous trouvons cette mutation en noir, brun et agate. Les isabelles topazes
ont trop peu d’eumélanine que pour être reconnus.
5
Canaris de Couleurs / L'Onyx
« Dernier message par admin le décembre 29, 2016, 08:40:58 am »


L'Onyx Agate

La strie sera grise foncée sur un fond gris plus clair. Le dessin
mélanique correspond à celui de l'agate classique, mais au niveau
de la tête et de la nuque la mélanine sera plus enveloppante. Les
rémiges et rectrices seront recouvertes d'un voile grisâtre. Les
pattes, le bec et les ongles sont clairs.



L'Onyx Brun

La mélanine est disposée de façon particulière dans le plumage. Le
dessin strié du corps dera long et aligné comme chez le brun classique,
les stries brunes du manteau se détacheront sur un fond brun clair.
Un voile grisâtre recouvre les rémiges et rectrices. Les pattes,
le bec et les ongles sont clairs.


 

L'Onyx Noir
La mélanine est disposée de façon particulière dans le plumage. Le
dessin strié du corps sera long et aligné comme chez le noir classique
les stries noires du manteau se détacheront sur un gris noirâtre.
Un voile gris sombre recouvre les rémiges et rectrices. une cagoule
noire enveloppe la tête et la nuque. Cette cagoule est moins visible,
chez le schimmel et le mosaïque. Les pattes, le bec et les ongles
sont noirs.
6
Génétique / La Génétique
« Dernier message par admin le décembre 28, 2016, 08:10:51 pm »
La génétique est un mot qui fait peur à bien des éleveurs amateurs. Mais en regardant de plus près, on peut se rendre compte qu’il ne faut pas grand-chose pour devenir un expert.
Pour ceux qui veulent aller plus loin dans cette science je leur conseille tout de même de se référer à des ouvrages plus complexes.
Pour être bref, ce qui nous intéresse dans la génétique,c’est de pouvoir répondre à la question suivante : que va t’on obtenir comme mutation en accouplant tels ou tels oiseaux ? Il est bien évident que cela sera grandement facilité si l’on connaît les différentes origines de ses protégés.

Il existe principalement 3 types de mutations :


1Mutation autosomique récessive

Pour cette mutation, le sexe de l’oiseau n’a aucune importance, le mâle ou la femelle peut-être mutant ou porteur de cette mutation.
1 Normal x Mutant donne 100% Porteurs
2 Normal x Porteur donne 50% Normaux
50% Porteurs
3 Porteur x Porteur donne 50% Porteurs
25% Normaux
25% Mutants
4 Porteur x Mutant donne 50% Mutants
50% Porteurs
5 Mutant x Mutant donne 100% Mutants
Le cas n°3 n’est pas très intéressant car il ne permet pas de distinguer les porteurs des non porteurs. Par contre, si à partir de deux oiseaux de couleurs sauvages vous obtenez un mutant c’est que ceux-ci étaient porteurs.
Le cas n°5 est souvent déconseillé car si les reproducteurs ne sont pas d’un bon standard, leur descendance ne le sera pas non plus.


2Mutations liées au sexe

Le sexe de l’oiseau est primordial pour cette mutation.
Une femelle ne peut-être porteuse de la mutation. Elle est mutante ou elle ne l’est pas.

Mâle Femelle
1 Mutant x Normal donne 50% mâles Porteurs
50% femelles Mutants
2 Normal x Mutant donne 50% mâles Porteurs
50% femelles Normaux
3 Mutant x Mutant donne 100% mâles et femelles Mutants
4 Porteur x Normal donne 25% mâles Normaux
25% mâles Porteurs
25% femelles Normaux
25% femelles Mutants
5 Porteur x Mutant donne 25% mâles Porteurs
25% mâles Mutants
25% femelles Normaux
25% femelles Mutants
Le cas n°4 n’est pas intéressant car il ne permet pas distinguer les mâles porteurs des non porteurs.
Le cas n°3 est fortement déconseillé pour les mêmes raisons que pour l’accouplement mutant x mutant d’une mutation autosomique récessive.


3 Mutations dominantes

Ici non plus le sexe de l’oiseau n’a pas d’importance. A la différence de la mutation autosomique récessive, ni le mâle ni les femelles ne peuvent être porteur de la mutation.Il suffit que l’un des parents soit mutant pour voir apparaître la mutation dans leurs jeunes.
Il y a deux types de dominance une simple facteur(SF) et une double facteur (DF).
1 Normal x Mutant SF donne 50% mutants SF
50% normaux
2 Normal x Mutant DF donne 100% mutants SF
3 Mutant SF x Mutant SF donne 50% mutants SF
25% mutants DF
25% normaux
4 Mutant DF x Mutant DF donne 100% mutants DF
5 Mutant DF x Mutant SF donne 50% mutants DF
50% mutants SF
7
Maladie et Soins / L'HEPATHITE CHEZ LE CANARI
« Dernier message par admin le décembre 28, 2016, 08:08:34 pm »
Cette maladie à évolution lente et non contagieuse est provoquée par une alimentation trop riche et très peu d'exercice. C'est la maladie du "foie gras" que l'on peut qualifier de cirrhose. Le foie devient trop gros et très fragile. L'apport régulier de Choline et de Méthionine, une nourriture équilibrée, permettent d'éviter l'hépatite.

LES SYMPTOMES :·
Ventre rouge
· Dilatation du foie et/ou des intestins
· Diarrhée parfois
· Oiseau qui s'installe très fréquemment à la mangeoire, mais si on l'observe bien, il ne mange pas ou peu.
· Somnolence en journée
· De temps en temps en boule
· Difficulté respiratoire liée à l'augmentation de la taille du foie

TRAITEMENT :
Si on remarque suffisamment tôt un comportement anormal (de temps en temps en boule, souvent à la mangeoire, etc....) on peut tenter de traiter :
· Réduction immédiate des graisses. Pour son alimentation on supprime la pâtée et on lui donne de l'alpiste pur et pour varier le menu on peut rajouter un peu de graines de laitue blanche (5%) et du périlla blanc ou brun (5%)
· Administration de Choline tous les jours jusqu'à ce que l'oiseau soit guéri, surtout ne pas arrêter dès l'apparition d'une amélioration de son état.
· Administration de calcium dans son eau de boisson pour éviter la décalcification (Calcivet de The Birdcare Company ou Calci-lux de Orlux)
· En cas de diarrhée importante, rajouté également dans son eau de boisson Océproven (Laboratoire Océ Virbac) ou le contenu d'une ultra levure (en pharmacie) pour 250 ml d'eau. Pendant quelques jours seulement car la diarrhée n'est pas, dans ce cas, liée à un problème de détérioration de la flore intestinale.
Une forte dose de vitamine E pendant quelques jours peut aussi aider à désintoxiquer le foie.

LES PRODUITS A BASE DE CHOLINE : Les plus courants :
· Sedochol (laboratoire MCI, Mérial en pharmacie ou chez le vétérinaire)
· Ocecholine (laboratoire Océ Virbac en pharmacie ou chez le vétérinaire)
· Vitinocholine (laboratoire Brunet Wyon en animalerie)
· Spécial foie (Francodex en animalerie)
· Sani'foie (Zolux en animalerie)




LES COMPLEMENTS NOCIFS OU SUPERFLUS A EVITER :
Les biscuits (ceci ou cela), les barres de graines au miel et surtout les boules de graisses.
En revanche, si pas de diarrhée, on peut donner une fois par semaine, une tranche de pomme Golden préalablement lavée et essuyée ou une feuille d'endive lavée et essuyée.

A PROPOS DES ANTIBIOTIQUES :
Il n'y a pas de bactéries ou de virus dans le cas d'une hépatite du canari. Il n'y a donc pas lieu d'administrer un antibiotique.
Il faut néanmoins savoir que l'hépatite n'est pas la seule maladie qui touche le foie chez le canari. Des maladies infectieuses comme la typhose due à des bacilles Salmonella, la pseudo-turberculose, la tuberculose, la corynébactérie peuvent l'affecter. Dans ces cas, l'emploi d'antibiotiques est indispensable.
8
Maladie et Soins / Calcification des pattes
« Dernier message par admin le décembre 28, 2016, 08:06:20 pm »
Chez les Canaris et chez les Galliformes il peut parfois arriver qu'apparaissent des calcifications aux pattes. Cela arrive souvent avec l'âge. Ces calcifications peuvent être dues à de petits acariens Cnemidocoptes mutans.

Traitement : administrer de la vitamine "A" et appliquer un mélange d'huile de table et de teinture d'iode, tremper ensuite le membre atteint dans du bicarbonate de soude.
9
Maladie et Soins / Coccidiose
« Dernier message par admin le décembre 28, 2016, 08:05:03 pm »
Trois sont distinguées :

Coccidiose cæcale hémorragique
Coccidiose intestinale aiguë
Coccidiose duodénale

Sur un plan général, la coccidiose aviaire est une infection parasitaire grave de l'intestin que l'on rencontre dans toutes les régions du globe. En dépit des progrès qu'a amenés la chimiothérapie, la coccidiose demeure un problème majeur auquel les tous les détenteurs d'oiseaux doivent faire face.
Très courante et souvent mortelle en cas de non-traitement rapide, cette maladie, due à la présence de parasites microscopiques (protozoaires du genre Isospora, se manifeste par une diarrhée plus ou moins sanglante, un amaigrissement, des plumes ébouriffées.
Les coccidies sont des protozoaires unicellulaires microscopiques, considérés comme étant spécifiques aux espèces, ce qui signifie que les coccidies des merles ne peuvent infester les pinsons et vice-versa. La gravité de l'infection est proportionnelle au nombre d'ookystes infectieux ingérés. Les oiseaux les plus sensibles sont surtout ceux dont l'état nutritionnel est faible, ou encore ceux qui sont atteints de conditions immunosuppressives telles la maladie de Marek ou une infection de la bourse de Fabricius. Dès son ingestion, l'ookyste débute son cycle de vie dans la muqueuse intestinale ou paroi interne, provoquant ainsi des dommages cellulaires. Selon l'espèce en cause, les ookystes sont rejetés avec les fèces dans un intervalle de quatre ou huit jours.
Leur incubation de douze ou même trente heures dans un environnement humide et à des températures qui varient entre 20 et 30 oC permet la sporulation des ookystes qui deviennent alors infectieux. C'est la raison pour laquelle les oiseaux élevés à l'extérieur seront plus sensibles à l'infection au printemps et en été. Dans un élevage en claustration totale, la maladie peut toutefois se manifester en tout temps.
Agent pathogène ou Vecteur : protozoaire du genre Isospora.
Symptômes : Quoique les jeunes oiseaux âgés de quelques jours puissent être affectés, la coccidiose se manifeste rarement avant l'âge de deux semaines. Les sujets adultes qui n'ont pas été exposés à la maladie demeurent susceptibles de la contracter mais développent une certaine résistance ou immunité, lorsque défiés par la présence limitée mais continue des organismes en cause. Les oiseaux touchés d'une infection clinique sont pâles, affaissés, amaigris, ils ont des plumes hérissées et des fientes teintées de sang ou présentent une diarrhée plus ou moins sanglante.
Contagiosité : très contagieuse par les contacts avec les déjections des oiseaux atteints. Dans un sol à l'abri du soleil, les ookystes peuvent survivre plus d'un an. Leur survie de même que leur pouvoir infectieux seront favorisés par les conditions d'humidité élevée fréquemment rencontrées aux environs des abreuvoirs et des lieux de bains des oiseaux. Le transport d'oiseaux infectés peut amener les organismes sur de longues distances. Un équipement malpropre, des cages de transport et des chaussures souillées sont tout autant de formes possibles de transmission de la maladie. À cause de leur taille, on ne croit pas que les ookystes puissent être transportés par les poussières ou par les particules en suspension dans l'atmosphère.
Immunité : On a déjà cru que les oiseaux immunisés contre la coccidiose conservaient leur résistance à cette maladie pour toute leur vie. Ce n'est pourtant pas le cas et on a maintenant la preuve que l'immunité, qui n'est que temporaire, ne peut être maintenue que grâce à l'exposition répétée aux coccidies. À moins qu'ils ne passent leur vie dans une cage à fond grillagé, les oiseaux qu'on élève devraient être immunisés contre les coccidies. Il existe plusieurs façons de leur donner cette immunité. L'oiseau peut acquérir une immunité naturelle par l'ingestion d'un nombre réduit d'ookystes infectieux. Les ookystes rejetés après un premier cycle de vie assurent la continuité de l'exposition et renforcent ainsi le développement de l'immunité. Il s'agit là de la méthode idéale pour immuniser les oiseaux élevés sur le sol.
Traitement : La sulfaquinoxaline, la sulfaméthazine ou une combinaison des deux sont utilisées de préférence dans l'eau, quoiqu'elles puissent être ajoutées à la nourriture. Comme elles sont vendues en concentrations variables, on doit toujours vérifier les directives inscrites sur l'emballage afin d'appliquer la dose prescrite. Des précautions supplémentaires s'imposent lorsqu'on utilise ces drogues dans l'eau par temps chaud, la consommation accrue d'eau pouvant alors mener à une toxicité aux sulfamides.
Les coccidiostats semblent demeurer efficaces pendant deux ou quatre ans. Comme différents produits entrent régulièrement sur le marché, les amateurs devraient d'abord se renseigner sur ceux d'entre eux ayant été reconnus comme les meilleurs. Le vétérinaire prescrira des anticoccidiens comme le S-Mez à 16%, très efficace.
Prophylaxie : Tel que mentionné précédemment, les ookystes ont besoin d'humidité, de chaleur et de temps pour développer leur pouvoir infectieux. Ainsi, on devrait s'occuper sans tarder des endroits humides ou mouillés, dans les volières ou autour des abreuvoirs. Le recouvrement du sol souillé et humide devrait être retiré et remplacé rapidement. On recommande fortement de toujours procéder au nettoyage rigoureux des cages et des volières pour éviter que les coccidioses ne résultent en une mortalité importante. Assurez-vous de garder vos cages et volières dans un état de propreté parfaite.


10
Maladie et Soins / Colibacillose
« Dernier message par admin le décembre 28, 2016, 08:03:57 pm »
Le colibacille est une bactérie en forme de bâtonnet qui se trouve à l'état normal dans le tube digestif des animaux et de l'homme; il peut devenir pathogène, donc dangereux, parfois mortel, chez des oiseaux affaiblis, carencés, mal nourris. Il provoque chez les jeunes oiseaux des abcès volumineux au niveau des oreilles (coligranulomatose).
Symptômes : toux, éternuements, diarrhées.
Traitement: Faire faire un antibiogramme par le vétérinaire, qui prescrira les antibiotiques adéquats.
Pages: [1] 2 3 ... 5