Auteur Sujet: PRINCIPES D'ELEVAGE  (Lu 185 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne maloute45

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 61
  • Country: 00
  • Karma: +0/-0
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
PRINCIPES D'ELEVAGE
« le: mars 14, 2017, 02:09:38 pm »
Principes d'élevage

Les caractères acquis sont héréditaires...quoique cette théorie soit combattue par
 certains détracteurs depuis de longues années.
 D'après Darwin, l'hérédité d'un être vivant s'enrichit de caractères acquis par l'individu.
 Le Canari transmettra donc à ses descendants les qualités transmises par ses ancêtres,
 augmentées de qualités qu'il a acquises lui-même par la domestication.

 Cette hérédité est dite "bilatérale" quand le Canari, issu d'un couple déterminé, présente
 les qualités de son père et de sa mère.
 On la dit "unilatérale" ou encore "prépondérante" quand l'un seulement des parents transmet
 ses caractères à ses descendants.

L'atavisme, retour en arrière

 Toutefois les choses ne se passent pas toujours d'une manière aussi simple dans la pratique
 de l'élevage.
 Il peut arriver qu'un sujet soit très ordinaire et qu'il puisse cependant procréer une
 descendance exceptionnelle, héritant les qualités des grands-parents ou même de ses aïeux
 très éloignés.
 Dans ce cas, l'hérédité , n'a pas été continue, elle a enjambé une ou plusieurs générations
 pour se manifester à nouveau dans une descendance plus ou moins éloignée, par atavisme.

La consanguinité, arme à double tranchant

 Les qualités anciennes s'additionnant avec les mérites acquis, on pourrait croire qu'il suffira
 de croiser entre eux des sujets d'exceptions, issus de même parents, pour créer une lignée
 particulièrement méritante.

 L'expérience montre et prouve quelquefois le contraire :

 Dans un élevage où les sujets, issus de la même souche, sont élevés en consanguinité
  pendant huit à dix ans on arrive parfois à constater que les mérites s'excluent et que les
  défauts s'additionnent.
 On dit alors que l'élevage est à bout de course...
 Il est alors de toute nécessité de rafraîchir le sang en introduisant un reproducteur d'élite
 pris chez un éleveur chevronné réputé pour les succès dans les concours ou expositions.

Concluons

 La consanguinité est favorable, en opérant pendant un certain temps avec d'excellents sujets.
 Elle devient très mauvaise si on la poursuit indéfiniment sans apport d'un sang nouveau.
Amicalement vôtre